AccueilFAQMembresGroupesRechercherS'enregistrerConnexion

Hécate Eolas Vide
 

Hécate Eolas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Hécate Eolas

Hécate Eolas

— JOUEUR / JOUEUSE —
Because magic is might


Féminin
Localisation : Paris
Nb de messages : 41

-------- Profil Détailé --------
Bourse: 100 Gallions
Données:
Expérience:
Hécate Eolas Left_bar_bleue0/0Hécate Eolas Empty_bar_bleue  (0/0)

Hécate Eolas Vide
MessageSujet: Hécate Eolas   Hécate Eolas EmptyMar 6 Juil - 14:40

Nom : Eolas
Prénom : Hécate
Date de Naissance : 1er mars 1974
Baguette : Bois d'if et plume de phénix
Patronus : Acromentule


Histoire :

Hécate vécut les premières années de son existence dans la demeure Eolas se situant dans les Highlands écossaises. Issue d’une longue lignée de sorciers, elle ne connut jamais ses parents mais fut élevée par sa grand-mère maternelle, Catalina. Elle grandit dans une atmosphère des plus paisibles et aimantes. Un certain mystère entourait la vieille femme qui s’adressait souvent à sa petite fille à travers des énigmes qu’il fallait désespérément dénouer. Il lui arrivait fréquemment de disparaître pendant plusieurs jours et revenait parfois très altérée par ses escapades inexpliquées. Hécate comprit très vite qu’elle conservait un secret qu’elle ne devait en aucun cas tenter de percer. Pendant ses longues journées de solitude, Mandy, elfe de maison de son statut mais également esprit bienveillant de la maison, s’occupait de la fillette comme une seconde mère.

A l’âge de 11 ans, Hécate entra à Poudlard où elle fut envoyée à Gryffondor. Elle y accomplit une scolarité complète et fut même nommée préfète de sa maison quand elle fut en 6ème année.Ce fut cette année là que Harry Potter fut envoyé dans sa maison, à la grande joie de tous. Comme tous ses camarades, Hécate éprouvait de la curiosité pour celui qui était censé être l’ « élu ». En tant qu’aînée et préfète, il aurait du lui donner bien du fil à retordre, lui qui, avec ses petits camarades, avait tant de mal à respecter les règlements. Pourtant, la jeune fille appréciait sa bravoure et son intrépidité. Bien des fois, elle ferma les yeux sur les entorses qu’elle constatait. Après tout, Dumbledore lui-même semblait faire quelques exceptions lorsqu’il s’agissait de Potter… par la suite, dans les années qui suivirent son départ de Poudlard, elle fut en désaccord, non avec les idéaux, mais avec les agissements de l’ « élu » et même de son ancien directeur… Combattant la haine par la violence, la souffrance par la destruction, ils ne s’attaquaient pas, à ses yeux, à la racine du mal. Etait-il plausible de vouloir éradiquer les ténèbres ?A l’époque, pour Hécate, la réponse se trouvait dans la compassion, dans la grâce, mais surtout dans l’amour…

Mais revenons à Poudlard, la seule transgression aux règles qu’elle commit, mais qui resta toujours assez discrète pour ne pas éveiller les soupçons des enseignants, fut qu’elle ne put résister à la tentation de faire des escapades nocturnes assez répétées dans la forêt interdite. Comment une simple élève a-t-elle pu survivre parmi les multiples dangers qui pullulent en ce lieu menaçant ? Comme nous tous, Hécate possède elle aussi un secret… doit-elle le révéler au grand jour ? Il y eu cet accident… qu’il fut bon ou mauvais, cela reste difficile à dire, pourtant, la jeune fille n’en ressortit pas indemne et ce fut son essence même qui en fut altérée. Le professeur avait donné pour consigne de transformer une araignée en montre à gousset. Distrait, il passait de rang en rang sans réellement apporter de conseils sur la méthode à employer. Le flux de magie qui jaillit de la baguette d’Hécate percuta l’araignée mais, tel un effet de miroir, il lui revint de plein fouet. Elle et l’araignée restèrent quelques instants liées par une force magnétique qui électrisa son corps entier avant de se rompre et de laisser la jeune fille inconsciente pendant plusieurs jours. Lorsqu’elle revint à elle, la vie reprit son cours, mais elle ne cessa de nourrir une obsession grandissante : rejoindre la forêt… rejoindre la forêt… nuit et jour… Elle ressentait dans tout son corps cet appel irrationnel… rejoindre la forêt…

Ce qu’elle fit. Attirée par cette impulsion quasi-animale, elle pénétra le cœur de ce lieu interdit, et pour cause, elle y rencontra celui qui allait devenir « son père »… Aragog. L’acromentule la captura dans une toile et la vida de presque tout son sang. Dans une semi conscience, elle entendit ses mots lui parvenir du plus profond de ses entrailles… Hécate avait commis le crime d’exercer sur une de ses filles un sort de métamorphose, elle devait payer pour les fautes avilissantes des humains… Etrange fut l’idée qui traversa l’esprit archnéen d’Aragog. Entre la vie et la mort, Hécate reçut de l’acromentules des doses de venin combinées à la propre hémolymphe de celui qui opérait, à sa manière, la métamorphose sur la jeune femme. Son idée, Hécate l’apprit plus tard, fut d’avoir, dans sa colonie, un membre capable de faire la jonction entre les deux mondes, celui des acromentules et celui des humains, mais également de prévenir les siens en cas d’agression des humains. Hécate demeura de nombreuses lunes parmi les siens où elle apprit à respecter sa place et à obéir aux ordres de son « père ». Elle devint Anansi, fille d’Aragog tisseuse de liens entre deux peuplades qui se craignent et qui ne pourront jamais vivre ensemble.


Ce fut lors de sa dernière année dans l’école de sorcellerie que sa vie bascula. Elle fit des rencontres qui la menèrent sur des chemins qu’elle n’avait guère escomptés. Innocente et d’un tempérament généreux, sensible voire même altruiste, la jeune femme qu’elle était devenue ne pouvait s’empêcher d’être attirée par ceux que la souffrance dévorait de l’intérieur et qui se réfugiaient dans la noirceur de leur cœur.

Pendant trois ans, elle côtoya certains mages noirs, trouvant toujours dans leurs ténèbres la lumière nécessaire à l’illumination. Il lui semblait qu’étant à leurs côtés, qu’apaisant leur mal, elle rendait le monde meilleur. Elle ne faisait pourtant que sublimer les abysses de leurs cœurs en absorbant leurs propres ténèbres.

Les relations furent intenses et destructrices. L’amour s’accouple avec la haine, passionnément ils se dévorent et se consument jusqu’à la dernière cendre.

Il ne restait plus rien d’Hécate qu’une sombre plaie béante emplie d’incertitudes et de peurs. Elle rentra en Ecosse à Inverness où sa grand-mère avait rendu l’âme depuis plusieurs années déjà. Elle s’absorba alors dans la plus triste des solitudes reniant le monde et se plongeant dans les secrets que sa défunte aïeule lui avait légués.

Lourde était la responsabilité qui lui incombait. De génération en génération, depuis des temps ancestraux, il y avait un objet que sa famille protégeait de la cupidité des hommes. C’était un objet qui d’apparence n’avait rien de particulier mais qui pourtant, en son sein recelait un pouvoir démesuré. L’Aleph. Une simple sphère bleutée qui ne cessait jamais de tourner. L’Aleph, dont il fallait à tout prix garder le secret de son existence. L’Aleph qui permettait, à celui qui s’absorbait dans sa contemplation de voir instantanément chaque parcelle infime du monde. L’Aleph qui au regard de certains souverains était un atout de taille ne finissait par devenir, inlassablement que malédiction. Son pouvoir de connaissance absolue était à double tranchant. S’il était formellement interdit à Hécate et à toute gardienne de se plonger dans l’Aleph c’était que sa vision rendait fébrile et très vite dépendant. On ne s’échappait pas de l’Aleph. L’utiliser à des fins personnelles revenait à oublier sa propre existence. S’en servir était un piège qui entraînait dans la plus sombre des folies…

Il existait, de par le monde, trois Alephs. Un seul Aleph, effectuant sa rotation permettait de voir le grand tout en une fraction de seconde. Mettre en rotation deux Alephs, offrait une vue globale de tout ce qui fut et de tout ce qui sera. Quant à la possession des trois Alephs… Prions que jamais les trois Alephs ne se rencontrent… car leur mise en relation permettrait d’interagir sur le déroulement du temps et de modifier son cours… mais les textes restaient très vagues à ce sujet. La puissance de ces objets était telle qu’ils furent séparés, éloignés aux quatre coins du monde. Nul gardien ne connaît l’identité des deux autres et qu’il en soit ainsi jusqu’à la fin des temps…

Pourtant, malgré les interdictions formelles de sa grand-mère, Hécate, qui se croyait droite et forte de ses convictions, se laissa aller à la contemplation méditative de l’Aleph qui la dévora chaque jour d’avantage. Elle put y voir à son loisir et sans interruption ceux qu’elle aimait le plus et ce qu’elle haïssait le mieux, connaître et acquérir un grand savoir… mais pourtant… il y a déjà longtemps que l’Aleph, sur son esprit, a entamé ses ravages…


Après trois passés sans voir le jour, elle ressurgit enfin. Affaiblie de corps et d’esprit, elle ne possède plus aucune certitude. Seul compte à présent le besoin qui s’émane de ses entrailles : vivre. Mais la peur d’affronter ses semblables dominant le désir de s’y mêler, l’a poussée dans ses derniers retranchements. Egarée, Hécate adresse à la forêt qui fut son refuge, la prière de l’accueillir à nouveau en son sein, afin d’achever sa renaissance.


Résumé des RP :

La toile est la plus fragile des demeures


Retour dans la forêt interdite, où Hécate assite avec effroi à des agissement inaccoutumés aux acromentules. Effectivement, la colonie semble dirigée par un chef autre qu'Aragog et s'adonne à des actes qui défient les principes entre espèces : trois licornes sont littéralement dévastées sous ses yeux.

Hécate retrouve Aragog, son père d'adoption, bien mal en point. Avant de rendre son dernier souffle, il lui confie sa succession à la tête de la colonie des acromentules. Il l'informe également de la situation délicate dans laquelle ils se trouvent. Des Mangemorts auraient semé la zizanie dans le clan arachnéen en abreuvant de magie adictive, puis en les sevrant, une partie des araignées. Celles-ci doivent massacrer toute araignée ne se soumettant pas pour récupérer leur source de plaisir... Le plan des Mangemorts : ralier les acromentules à leur cause afin de les exploiter lors des combats.

Le clan d'Hécate, la nouvelle Reine des acromentules, est brutalement pris d'assaut. Des corbeaux se mêlent aux combats qui causent de très grandes pertes dans le clan d'Hécate.

Sur les lieux du combat, Hécate rencontre un humain suspect piégé dans un cocon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hécate Eolas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter RPG :: LE CARRÉ D'OR | CREDIT & PARTENAIRES :: 
—————— ARCHIVES ——————
 :: ► ARCHIVE DU REGISTRE
-